Lundi, je suis retournée travailler après deux semaines de vacances pendant lesquelles il m’est arrivé les choses suivantes:

- Je suis allée en Ecosse (oui, je me suis dit que c’était le meilleur endroit où aller en plein mois de décembre)(parce que le soleil et la chaleur c’est old, tu vois)

- A l’aller, mon avion a eu 4h de retard, c’était trop super

- J’ai mangé des oatcakes avec du cheddar (les oatcakes avec du cheddar sont la solution à tous les problèmes)

- J’ai acheté des diadèmes et des baguettes magiques pour mes nièces trop mignonnes dans un pound shop tout pourri sur Sauchiehall street. Et elles étaient HYPER contentes.

Veuillez trouver ci-joint une photo de mes nièces trop mignonnes:

 

Hooouuuuloulouloulouloulooouuuuuu!!!!!!

 

- J’ai vomi (oui, je soupçonne mes nièces trop mignonnes de m’avoir refilé leur virus de noël)

- De retour en France, je suis allée chez le coiffeur pour enfin faire quelque chose de ce résidu de carré plongeant fait il y a environ 18 mois.

- Et surtout, j’ai passé mon temps à regarder des films et des séries en buvant du thé au lait dans mon canapé et c’était TROP BIEN.

TRANKCHIL

 

Mais du coup à un moment il a bien fallu retourner gagner ma vie. Car les vacances étaient finies.

Les… les vacances sont quoi?…

 

Et donc lundi, je suis retournée à l’école armée de ma lunch box et de mon nouveau t-shirt noir acheté chez H&M.

(un jour il faudra bien que j’affronte la réalité et que je me décide à compter le nombre de t-shirts noirs que je possède)

BREF.

Lundi c’était la rentrée.

Bon allez, faut y aller maintenant.

 

Mais lundi soir, en ouvrant ma boite aux lettres, j’ai vu la lumière (ça et le numéro de téléphone du professeur Baba, Grand Voyant Célèbre Médium Guérisseur retour immédiat de l’être aimé).

Bref.

Je disais donc.

J’ai vu LA LUMIERE:

 

 

 

 

« Comment marquer les esprits à des funérailles? »

« Comment réagir si votre stagiaire est plus lookée que vous? »

« Que faire avec la braguette ouverte? »

« Comment faire croire que vous êtes invité(e) à un défilé? »

« Comment être sûr(e) de faire une faute de goût? »

Grâce à cet ouvrage indispensable, j’ai non seulement eu les réponses à ces questions qui m’empêchaient de trouver le sommeil, mais EN PLUS je me suis grave, mais GRAVE marrée.

Car sachez-le, le livre de Charlotte Moreau est d’une drôlerie dingue.

Elle a pris tous les clichés dont nous abreuve l’industrie de la mode depuis des générations (c’est vrai ça: POURQUOI la chemise blanche devrait-elle être un must-have, après tout? Et puis qu’est-ce que c’est un must-have, d’abord?), les a hachés menu, y a ajouté une pincée de pop-culture (et là vous vous dites « nooon, elle ne va pas nous faire une métaphore culinaire pour parler d’un bouquin quand même?« ) et quelques cuillèrées d’humour absurde pour nous servir une réjouissante tranche de poilade pleine de lol (« Ha bah si, elle a osé.« ).

 

Totally approved by Frida ©

 

Et en plus de toutes ces moments de solitude à rire dans le bus devant des lycéennes affligées crises de rires il faut que je remercie cette folle de Charlotte pour une chose FONDAMENTALE (à dire avec l’accent de Dali): dans son Antiguide de la mode, j’ai retrouvé ce ton à la fois farfelu, vitriolé et finalement très punk qu’on pouvait trouver dans le 20 ans de la grande époque (mais siii vous savez, 20 ans, ce magazine dont les filles de mon âge n’ont toujours pas réussi à faire le deuil).

Car Charlotte ne nous explique pas comment être la plus belle et la plus gracieuse.

Elle nous explique comment faire ABSOLUMENT N’IMPORTE QUOI avec notre style. Et comment dire joyeusement « allez vous faire foutre » aux diktats de la fashion.

Et on se marre.

 

 

Et rien que pour ça, je te dis MERCI CHARLOTTE

(à dire avec la voix de Céline Dion)