Je regarde beaucoup de séries. Beaucoup, et depuis toujours.

A tel point que je ne sais pas comment j’ai réussi à avoir mon bac et à faire des études.

En préparant ce post j’ai même été effrayée par le nombre de série que j’avais pu regarder dans ma vie.

Voyez plutôt:

(ami lecteur, en passant délicatement ta souri toute mignonne au dessus des photos tu verras apparaître comme par magie le nom des séries citées)(comment je suis trop geek t’as vu)

 

Il y a les monstres sacrés, les intouchables .

Celles-là, on leur construit des temples et leur simple évocation est précédée d’un silence respectueux. On ne leur adresse la parole que si elles nous y autorisent et on ne doit jamais leur tourner le dos.

(ha non pardon ça c’est la reine d’Angleterre)(ou Beyoncé, je sais plus)


« Non mais tu as vu la subtilité de la caractérisation des personnages? C’est absolulment sublime. De la dentelle! J’en pleure! Je m’évanouis!  »

Ceux qui ne les regardent pas (ou pire, qui n’en ont jamais entendu parler mais quelle horreur) sont regardés avec un légère condescendance.

« Ha?… Tu veux dire que tu ne connais pas Six Feet Under?… »

Et les fans (moi la première) en parlent toujours avec le regard du sociologue de canapé.

« Cette série dresse vraiment un portrait sans concession de l’Amérique d’aujourd’hui. »

 

 

 

 

Il y a les cultes.

Celles-là bénéficient en général d’un noyau dur de fans dévoués qui les connaissent par cœur et qui pourraient mourir pour elles (là j’exagère un peu mais je ne savais pas comment finir cette phrase).

Bon, en gros il s’agit de séries qui en leur temps ont déclenché un véritable phénomène de société. Sauf Profit, qui a été interrompue au bout de même pas une saison pour cause de personnage principal couchant avec sa belle-mère (et de public américain incapable de comprendre le génie absolu de cette série qui dresse un portrait sans concession de l’Amérique d’aujourd’hui) et qui est peu à peu tombée dans l’oubli.

(cette catégorie « culte » est un peu bancale, en fait)

 

 

Les Dans ta gueule.

Celles-là elles font mal, elles sont sombres et désespérées, elles pissent le sang et elles n’épargnent personne (surtout pas l’Amérique, dont elles dressent en général un portrait sans concession).

Elles sont parfois insoutenables (cf Oz et sa désormais célèbre scène de la cuillère dont je ne préfère pas parler car il y a des enfants qui nous regardent) mais elles rendent leurs spectateurs totalement accro.

 

 

 

Les en costumes

Celles-là sont des sagas éblouissantes et pleines de moyens, mais n’oubliant pas d’avoir des scénarios et des personnages dignes de ce noms (et de dresser un portrait sans concession de l’Amérique d’aujourd’hui).

Concernant Boardwalk empire, elle n’est pour moi pas loin de rentrer dans la catégorie « intouchable », d’ailleurs.

(car oui il existe des combos: des En costumes peuvent aussi être des Dans ta gueule, comme Rome par exemple, ou Mad men qui est à la fois une Intouchable et une En costume)(essayez de suivre, un peu)

 

 

Les que je ne sais pas dans quelle catégorie ranger mais qui sont quand même vachement bien

 

Les Angliches

Parce qu’ils sont quand même vachement forts ces anglais, et que le jour où on aura une télévision publique qui ressemble à la BBC, hein. Et bah les poules auront des GROSSES DENTS BIEN BLANCHES ET BIEN BRILLANTES, mon pote.

 

 

 

Les super drôles

Celles-là font beaucoup rire le Professeur Debbie.

Beaucoup beaucoup beaucoup. Avec une énorme préférence pour 30 Rock, la série la plus drôle de l’univers, créée par la fille la plus géniale de l’univers: Tina Fey, la fille que tout le monde veut avoir comme meilleure amie.


 

BON.

BREF.

Mais à part ça?

Nan parce que comme vous pouvez le constater, le Professeur Debbie a des goûts très sûrs, en matière de séries. D’ailleurs, cette liste est validés par les équipes de Chronicart, Technikart et Les Inrocks (quoiqu’ils trouveront certainement des oublis AFFREUX et IMPARDONNABLES comme Les Sopranos, Seinfeld , Curb your enthusiasm, ou les plus récents Community, Girls, The Walking dead et autres Parks and Recreation que je n’ai encore jamais regardé)(oui enfin il faut bien que j’aille travailler, parfois).

Donc cette liste est quasiment irréprochable.

Et c’est bien ça le problème.

Parce que oui, j’adore les séries précédemment citées.

Mais on va pas se mentir, hein. Il y a d’autres séries, moins avouable…

TO BE CONTINUED.