La fille trop belle: Tous les garçons sont amoureux d’elle. Elle jure qu’elle ne s’en rend pas compte, et que de toute façon elle se trouve moche. Antoine, un des garçons amoureux d’elle a même gravé au compas son prénom sur son avant-bras. Sachant qu’elle s’appelle Anne-Charlotte, le pauvre garçon a fini aux urgences, victime d’une grave hémorragie.

« Arrêtez de dire que je suis belle, j’ai une mine affreuse ce matin! »

Le mec super sympa: Il est vraiment super sympa. C’est le seul garçon de sa classe (enfin un des deux seuls, mais l’autre c’est le mec qui ne parle à personne). Tout le monde l’aime bien, surtout les filles, qui se sentent en sécurité avec lui. « Avec toi c’est pas pareil tu vois, t’es un peu comme un grand frère quoi tu vois? ». Il est toujours là pour ses copines. Il les console en cas de chagrin d’amour, regarde Gossip Girl avec elles et leur donne des conseils mode. Il aime vraiment beaucoup ses copines. Et il en a marre d’être vierge et surtout, il en a marre que toutes ses copines pensent qu’il est gay.

Le mec super sympa aimerait bien qu’on lui fasse au moins un petit câlin. Juste une fois.

 

L’infirmière scolaire: Elle a donné un sucre imbibé d’alcool de menthe à Antoine pour soigner son début de tétanos causé par le compas rouillé (elle a beau être sur-diplômée, le règlement du lycée lui interdit d’avoir autre chose que de l’alcool de menthe dans sa boite à pharmacie). Elle en veut au monde entier depuis que son mari, le prof de biologie, s’est barré avec une autre femme.

« Je vous déteste. »

 

La fille qui a des problèmes: Elle fait la gueule. Elle se tient la tête dans les mains. Elle soupire. Mais elle ne veut pas en parler. Ses copines disent « Nan mais c’est bon elle a dit qu’elle voulait pas en parler, quoi ». Quand elle quitte précipitamment la pièce en pleurant, une des copines se lève et la suit avec un air concerné qui dit « Non, laisse, je vais lui parler ». Plus tard, on apprend qu’elle ne va pas bien parce que ses parents se sont engueulé la veille pour une histoire de télécommande.

« Nan c’est bon j’ai pas envie d’en parler tu peux pas comprendre. »

 

Le mec qui ne parle à personne: Il sera dans la même classe que toi de la 6ème jusqu’à la deuxième année de fac, mais tu ne sauras jamais à quoi ressemble le son de sa voix (qui en fait ressemble à s’y méprendre à celle d’Arielle Dombasle).

« Je vous déteste. »

 

L’artiste: Elle est en option lourde arts plastiques et ne se sépare jamais de son carton à dessin, même le mercredi matin (elle n’a pas cours d’arts-plastiques le mercredi matin). Elle n’adresse pas la parole aux gens qui ne connaissent pas l’œuvre de Tristan Tzara. Personne ne comprend rien à ses tableaux. Elle met un point d’honneur à ne ressembler à personne: elle porte des dread-locks bleues, des t-shirts à l’effigie de Björk (une chanteuse de la fin du XXe siècle, tu connais pas) et des Converses de deux couleurs différentes. Parfois, sans raison, elle se met à chanter à tue-tête. Et si le prof lui dit quelque chose elle lui répond « j’ai pas le droit d’être heureuse? ».

Son dernier tableau. Personne n’a rien compris, les gens sont nuls.

 

La fille moche: C’est la meilleure copine de la fille trop belle. Elle n’a pas encore eu ses règles et ses camarades la surnomment « Crotte de nez ». Elle va souvent pleurer dans les toilettes. Elle noie son mal de vivre dans les études et sera admise à Polytechnique à l’âge de 16 ans.

« Mais non Anne-Charlotte, je te jure que ce jean ne te fait pas un gros cul! »

 

La passionaria: Le plus grand regret de sa vie est de ne pas avoir connu mai 68. Elle a toujours une pétition à faire signer, des affiches à coller. Elle jure qu’elle serait entrée en résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, pas comme tous ces fachos qui ont collaboré. Elle engueule ses camarades, ces fachos qui vont en cours au lieu de faire un sit-in pour réclamer la libération de Nelson Mandela. Elle traite le mec qui parle à personne de facho parce qu’il a refusé de faire partie du service d’ordre de la prochaine manif. Heureusement que le mec super sympa est toujours là pour l’aider à photocopier ses tracts.

La passionaria n’en revient pas de toute ces injustices qui existent dans le monde.

 

Le professeur d’arts-plastiques: Il est complètement dépressif. Sa carrière dans l’art contemporain a été stoppée en plein vol quand sa femme l’a quitté pour le professeur de biologie. Il est persuadé que ses élèves le détestent (alors que seules la passionaria -qui pense que c’est un facho- et l’artiste -qui pense que c’est un raté- le détestent. Ses autres élèves ne remarquent la plupart du temps pas sa présence.). Il aimerait finir sa carrière sur un suicide collectif.

« Je vous déteste. »

 

- Bref (« Bref, je suis un trentenaire insipide et je suis trop content de me sentir un peu hype grâce à une mini-série surestimée que tout le monde « like » sur Facebook »)

En tant que trentenaire, le Professeur Debbie trouve vraiment tout pourri que sa génération soit représentée par « Bref ».

 

- Juste (désolée mais ce mot n’a juste jamais été autorisé, de toute façon)

- Clash/Clasher (« Sur Culturepeople.com, découvrez comment Aurélie de Sexy Story 7 a clashé Thomas de La ferme des vérités 3!!!!!!! »)

(en revanche on a le droit de parler des Clash ce groupe sensationnel, là ça compte pas)

Joe est bien content que le nom de son groupe soit enfin réhabilité grâce au Professeur Debbie

 

- Buzz/Buzzer (« Il est clair que monsieur le Secrétaire d’État a voulu créer le buzz en insultant ainsi madame la ministre. »)

- Impacter, un terme typique du milieu du travail (« Dis-moi Séverine, tu penses vraiment que la perte du triple A va nous impacter au niveau de notre treizième mois? »).

« Dis-donc tu pourrais répondre quand je te pose une question, connasse? »

 

- Tacle/Tacler (« Sur Culturepeople.com, découvrez comment monsieur le Secrétaire d’État a taclé madame la ministre !!!!!!!!! »)

- lol (cf. « Juste »)

- Otages, quand il n’est pas utilisé pour désigner « une personne retenue prisonnière par un preneur d’otage, et dont la vie sauve et la libération dépendent d’une exigence à remplir par une tierce partie non je n’ai pas copié-collé Wikipédia pourquoi?« .  (« Avec cette grève ce sont avant tout les usagers qui sont pris en otages, et je regrette que monsieur le Secrétaire d’État ne fasse rien pour arranger la situation. »)

- Patron, dans les commentaires sportifs (« Aloreu Jean-Micheleu, avekeu cetteu nouvelleu priseu de balleu, nous voyons bieng que René Poupoute est devenu le patron de cetteu deuxièmeu mi-temps, peuchère. »).

- Aventure, quand il est utilisé pour donner une dimension épique à n’importe quelle expérience humaine (« Participer à Sexy Story 7 c’était juste trop énorme comme aventure humaine, quoi »).

- Top, pour désigner un vêtement. Généralement précédé de l’adjectif « petit ». Exclusivement utilisé par les vendeuses de fringues parce que personne n’utilise ce terme dans la vraie vie (« Aloreu avekeu ce petit topeu je vous conseilleeu cetteeu jupeu! Oui, mon frère est commentateureu sporeutif, poureuquoi? »).

Le Professeur Debbie tient à faire savoir qu’elle n’a rien contre les gens ayant un accent du sud et qu’elle trouve que la bouillabaisse est un merveilleux plat.

 

- Énorme, pour dire d’un truc qu’il est vachement bien (« Ha ouais c’était trop énorme quand Aurélie a clashé Thomas!!!!!!! »).

- Pwopwopwopwopwopwooooopwoooooo, chant de supporter/étudiant/mec seul bourré souhaitant nous faire part de son enthousiasme. Ha oui, et sinon ce mot fut à une époque lointaine le refrain de Seven Nation army des White Stripes.

Le Professeur Debbie entendant un mec bourré chanter Seven Nation Army

 

Toi quand tu veux je te paye un menu Maxi Best-Of.

 

Alors vous deux c’est n’importe quoi. Surtout toi Bones, tu ferais mieux de continuer à regarder des squelettes au lieu de t’habiller avec tes draps. Et toi Zooey, personne n’ose te le dire mais on en a TOUS MARRE DE CETTE PUTAIN DE FRANGE.

 

Toi tu es né pour être vivant (c’est incroyable ce que cette vanne est subtile je suis sûre que personne ne va la comprendre). Et il faudrait que tu te décides à faire quelque chose avec tes cheveux, aussi.

 

Toi tu as vraiment trop la classe je t’aime je veux vieillir comme toi.

 

Toi tu as vraiment trop la classe je t’aime je veux vieillir comme toi.

 

Toi tu t’es dis que ça serait marrant de ressembler à une personne âgée avec tes cheveux des années 70.

 

Toi tu es ma préférée de ce red-carpet (sauf les Loub’ peep toe ça va pas du tout, ça). Et sinon je viens juste de réaliser que ton nom n’était pas MargUILES mais MargULIES. Et quand on pense au nombre d’épisodes d’Urgences que j’ai vus dans ma vie, c’est quand même dingue.

 

Alors toi tu t’es endormie dans ta cabine à U.V., et puis cette robe en moustiquaire on dirait Casper le petit fantôme. C’est n’importe quoi.

 

Alors toi c’est un peu compliqué. Au début j’ai crié et j’ai appelé les secours, et après je me suis dit « bravo pour la prise de risque ma grande, cet imprimé est assez intéressant finalement, ho regarde là-bas un vampire! »

 

Toi je kiffe tellement ton personnage dans Modern Family que tu peux porter n’importe quoi, je t’aime quand même.

Enfin bon.

Globalement on s’est un peu ennuyés cette année, je trouve.

(enfin non, il y avait Alexandra qui était si chou à filmer son chéri avec son portable et son air tellement fier!)(Alexandra, je te kiffe)

Mais qu’ils sont mignons ces deux-là!

Tellement plus touchants que Brad-Jambe de bois-Pitt et Angelina-J’ai faim-Jolie!

Et sinon j’ai écris ce post avant de lire celui de Balibulle, exprès pour voir si on était raccords au niveau du debrief ou pas, hi hi! (et ben en gros elle aussi elle a baillé devant toutes ces robes, visiblement)